fbpx

Financer sa maison de repos en vendant sa maison

23/08/2021

Avançant dans l’âge, vous désirez aujourd’hui aller en maison de repos. Comment aller vous financer les frais si votre pension ne les couvre pas entièrement ? Si vous possédez un bien immobilier, plusieurs solutions s’offrent à vous.

Payer la maison de repos

En Belgique, le coût moyen mensuel pour une maison de repos est de 1 500 € par mois, mais peut aller au-delà selon le standing et la région (1 900 € à Bruxelles, 1 700 € en Flandre). Il faut rajouter les frais de médecin, de blanchisserie et différents services en option.

Seulement un résidant sur sept parvient à payer sa maison de repos avec sa pension. Plus de la moitié se sert dans une cagnotte épargnée au long de sa vie, près d’un sur cinq reçoit de l’aide de sa famille. Enfin, près d’un quart va louer ou vendre son logement.

Louer sa maison 

Lorsqu’on veut conserver son bien pour pouvoir le léguer à ses enfants, la location peut être une bonne solution. Les loyers mensuels perçus vont compléter la pension et permettre de couvrir les coûts d’une maison de repos. Si ça ne suffit pas, une aide de la famille ou de l’aide sociale est parfois possible.

Mais en restant propriétaire, on a toujours les frais de réparation et les taxes à payer. De plus, les locataires peuvent partir, il faudra se charger d’en trouver d’autres. Autant de taches qui vont devenir plus difficiles, plus lourdes à gérer avec l’âge.

Le viager libre

Le viager n’est pas très présent en Belgique mais tend à se développer. Il s’agit d’acheter un bien en payant une certaine somme au départ, le bouquet, puis une rente mensuelle qui sera indexée et non taxée, jusqu’au décès du vendeur. Souvent, ce vendeur continue à habiter le bien : c’est le viager occupé. Mais il est aussi possible à l’acquéreur de bénéficier de l’usufruit et d’habiter ou de louer le bien, il s’agit alors d’un viager libre. La rente mensuelle est dans ce cas plus élevée. 

Pour une personne âge, l’avantage est de pouvoir disposer d’un petit capital à dépenser ou à donner à ses enfants puis d’un apport régulier tous les mois.

La vente de son bien 

C’est la solution la plus simple et la plus sûre pour s’assurer d’avoir de quoi payer sa maison de repos. En effet, avec la vente, pas de risque de loyers impayés, pas de gestion, d’entretien ou de réparation du bien immobilier. Vous disposez d’un capital important que vous pouvez placer ou non et qui vous permettra de vieillir sereinement sans vous priver et sans dépendre financièrement des autres.

Lorsqu’on est placé dans un home géré par le CPAS et qu’on dispose d’un bien immobilier, le Centre Public d’Aide Sociale peut prendre une hypothèque sur le bien comme garantie, mais le résidant garde la possibilité de vendre le bien à condition de prévenir le CPAS.

Avantage de passer par Maisons Moches

Lorsqu’on prend la décision de quitter sa maison, c’est souvent que les actes quotidiens deviennent trop lourds à gérer, physiquement ou mentalement. Vendre sa maison est un acte compliqué. Il faut préparer la maison, qui n’est souvent plus au gout du jour ou plus aux normes, faire les visites, négocier le prix… Même en passant par une agence immobilière, ça reste compliqué quand on est âgé. Sans compter la difficulté de se séparer d’un bien dans lequel on a parfois vécu toute sa vie. 

Maisons Moches vous simplifie la vie en achetant votre maison comme elle est, dans l’état, avec ses défauts et ses qualités. Après avoir rencontré un expert, vous recevez une offre ferme dans les deux jours. Vous n’avez qu’à signer, Maisons Moches s’occupe de tout (le PEB, les problèmes urbanistiques…). Et en plus, sans frais et avec une souplesse dans le délai pour libérer la maison. Parce que changer de vie est difficile à un certain âge, nous ferons tout pour faciliter cette transition.